Mobilisons-nous pour le Mali !

Publié le 21 Juillet 2015

Mobilisons-nous pour le Mali !

Pour sa 15e édition, la Rentrée solidaire vient en aide au Mali, qui peine à se reconstruire après le conflit de 2012. Ce choix donne tout son sens à cette opération qui mêle solidarité internationale et éducation à la citoyenneté.

La Rentrée solidaire invite les enfants et les jeunes à s’engager dans un projet de solidarité internationale à travers des actions pédagogiques. L’opération, centrée sur un pays parmi les plus démunis, se déroule en deux temps : « sensibilisation aux enjeux et à la mise en œuvre du droit à l’éducation d’une part, collecte de fournitures scolaires pour répondre aux besoins du pays-cible, de l’autre », explique Carole Coupez, déléguée aux actions d’éducation à la citoyenneté à Solidarité Laïque. Pour la prochaine rentrée, c’est le Mali qui est l’honneur.

Le Mali : un pays en reconstruction

Le Mali est l’un des pays les plus pauvres du monde. Si l’éducation fait partie des priorités nationales, le taux d’abandon scolaire a significativement augmenté depuis la crise de 2012, surtout dans le Nord du pays, déjà fragile. « Le conflit a jeté près de 130 000 enfants hors de l’école et détruit et pillé quelques 200 bâtiments scolaires », commente Carole Coupez. Ces difficultés viennent s’ajouter à des problématiques déjà existantes telles que l’absence d’établissements en zone rurale, le travail des enfants, la corruption, le manque d’enseignants et de matériel scolaire.

« Nos crayons sont nos armes les plus puissantes »

Cette collecte de fournitures apporte ainsi une aide matérielle aux élèves et aux enseignants maliens pour qu’ils puissent étudier dans de meilleures conditions et se prémunir contre le décrochage scolaire. En visant en priorité les plus démunis, elle contribue à lutter contre les inégalités croissantes au Mali.
En France, la Rentrée solidaire donne aux jeunes des clés pour réfléchir sur leurs comportements futurs de citoyen. « Prendre conscience des inégalités et des enjeux du droit à l’éducation, sensibiliser ses pairs à la mobilisation et à la solidarité, c’est déjà participer à construire un monde meilleur en inscrivant l’engagement dans la durée. », conclut Carole Coupez.

Le Mali en chiffres
  • Seul 1 élève sur 2 entre au collège
  • 67 % des adultes sont analphabètes
  • 53 élèves par classe en moyenne
  • Seules 76 % des filles sont scolarisées
  • 55% des filles sont mariées à 18 ans
  • 18,2 % du budget malien est réservé à l’éducation, qui compte parmi les priorités nationales
  • 800 000 enfants déscolarisés à cause du conflit
  • Proportionnellement 10x moins d’étudiants qu’en France

Rédigé par Un cahier, un crayon

Repost 0
Commenter cet article